funics

Vous avez dit “Hard Bop”?

In Bio, History on March 25, 2009 at 12:37 am

bluesawayLe hard bop prend source dans un mouvement de reconnaissance par les noirs américains de leurs origines, appelé Black is beautiful (« Le Noir est beau ») : un retour aux sources de la musique, à l’Afrique et, en même temps, une réaction agressive (musicalement parlant) au cool jazz (d’où le terme « hard ») surtout dominé par les blancs. L’auteur américain David Rosenthal nota aussi que le hard bop était un développement naturel pendant une époque où des musiciens d’envergure (Tadd Dameron, par exemple) travaillaient et dans le jazz et dans le rhythm and blues.

Même si la plupart des acteurs de ce courant ont fait leur apprentissage dans le style bebop (d’où le terme « bop »), ce genre musical incorpore les influences du rhythm and blues, du blues et du gospel, notamment dans les jeux du piano et du saxophone.

Les morceaux de hard bop ont généralement un tempo plus lent que le bebop, et si le hard bop en reprend les innovations harmoniques, la part du rythme y est nettement plus marquée, sans doute en raison de la contribution majeure des batteurs Max Roach et Art Blakey. On y découvre d’ailleurs pour la première fois des batteurs compositeurs.

Le hard bop est généralement pratiqué par un quintet composé d’une section rythmique (pianiste, batteur et bassiste) et de deux “soufflants” — communément un saxophoniste ténor et un trompettiste — qui interprètent ensemble un thème entourant une série de solos improvisés tour à tour par chacun des musiciens sur l’harmonie du morceau.

 

Évolution

hardb

Une première apparition des caractéristiques du hard bop se reconnaît dans le quintette fondé en 1954 par le batteur Max Roach et le trompettiste Clifford Brown, rejoints en 1955 par le saxophoniste ténor Sonny Rollins. Toutefois, on considère que le premier représentant de ce style fut le groupe des Jazz Messengers créé par le batteur Art Blakey et le pianiste Horace Silver en 1955. Ce dernier formera en 1956 son propre quintette.

En 1955 également, le trompettiste Miles Davis embaucha le saxophoniste John Coltrane (Sonny Rollins ayant décliné l’invitation) dans son quintet, au côté de Red Garland (piano), Paul Chambers (basse) et Philly Joe Jones (batterie). À cette époque, Coltrane était encore un musicien inconnu.

En 1957, c’est au tour de Sonny Rollins de créer son ensemble — dans lequel on retrouvait Silver, Monk, Chambers — et d’inaugurer l’apparition du trombone dans le hard bop avec Jay Jay Johnson.

Blue Note et Prestige sont les principaux labels qui produisirent des groupes de hard bop et, pendant cette période, le graphisme des pochettes d’albums évolua fortement.

Le soul jazz se développa à partir du hard bop. Le saxophoniste alto Jackie McLean réussit une fusion du hard bop et du jazz modal pendant les années 60 et celles qui suivirent.

 

Quelques Hard Bopers…

Pepper Adams • Cannonball Adderley • Nat Adderley • Gene Ammons  • Dave Bailey • Donald Bailey • Ray Barretto • Kenny Barron • George Benson • Art Blakey • Joanne Brackeen • Nick Brignola • Tina Brooks • Clifford Brown • Ray Brown • Ray Bryant • Rusty Bryant • Kenny Burrell • Frank Butler • Don Byas • Donald Byrd • Conte Candoli • Paul Chambers • Ray Charles • Sonny Clark • Kenny Clarke • Jimmy Cleveland • Jimmy Cobb • Ornette Coleman • John Coltrane • Junior Cook • Bob Cooper • Curtis Counce •  Sonny Criss • Miles Davis • Walter Davis, Jr. • Lou Donaldson • Kenny Dorham • Kenny Drew • Teddy Edwards • Booker Ervin • Art Farmer • Tommy Flanagan • Ricky Ford • Frank Foster • Curtis Fuller • John Gilmore • Benny Golson • Dexter Gordon • Wardell Gray • Benny Green • Grant Green • Johnny Griffin • Gigi Gryce • Herbie Hancock • Roy Hargrove • Barry Harris • Eddie Harris • Louis Hayes • Jimmy Heath • Joe Henderson • Billy Higgins • Elmo Hope • Freddy Hubbard • Bobby Hutcherson • Milt Jackson • The Jazz Crusaders • The Jazz Lab • The Jazztet •  J.J. Johnson • Elvin Jones • Hank Jones • Philly Joe Jones • Clifford Jordan • Duke Jordan • Wynton Kelly • Harold Land • Jake Langley • Victor Lewis • Lighthouse All-Stars • Erica Lindsay • Melba Liston Les McCann • Jackie McLean • Charles Mingus • Blue Mitchell • Hank Mobley • T.S. Monk • Thelonious Monk • J.R. Monterose • Wes Montgomery • Ralph Moore • Lee Morgan • David “Fathead” Newman • Horace Parlan • Duke Pearson • Houston Person • Bud Powell • Ike Quebec • Freddie Redd • Dizzy Reece • Jerome Richardson • Max Roach • Sonny Rollins • Frank Rosolino • Charlie Rouse • Tom Scott • Woody Shaw • Travis Shook • Wayne Shorter • Horace Silver • Jimmy Smith • Lonnie Smith • Marvin “Smitty” Smith • Mike Smith • Sonny Stitt • Art Taylor • Clark Terry • The Three Sounds • Bobby Timmons • Stanley Turrentine • Tommy Turrentine • Cedar Walton • Doug Watkins • Mark Whitfield • Richard Williams • Larry Young.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: