funics

JdL Quartet en concert à Conflans…

In Events on November 12, 2009 at 1:41 pm

Bobby Few (piano), Serge Lamboley (batterie),

Hervé Czak (Contrebasse), Jacques De Lignières (Saxophones)

Samedi 21 Novembre, Jazz au Confluent, Conservatoire de musique, 74 rue Désiré Clément, 78700 Conflans Ste Honorine

JdL Quartet en concert à Conflans… …Le sax alto se vit dans le jazz à l’ombre de l’oiseau Parker, dont la pyrotechnie aérienne est devenue la référence absolue et incontournable des altistes. Or, il existe au moins une autre voie, celle tracée par le moins connu Art Pepper, musicien californien dont la vie tourmentée se reflète dans un timbre fragile, voire écorché mais dynamique, qui le rapprocherait d’une forme expressioniste. C’est plutôt dans cette direction que se pencherait Jacques de Lignières, un musicien dont le style, de prime abord détendu à la limite de la nonchalance, révèle vite un goût pour les tensions, et une envie de la note et de la phrase qui en dit plus sur la vie intérieure… On y entend pousser jusqu’à la plainte, celle qui puise dans le langage du blues. Sa composition Temps incertain est exemplaire de cette dualité. Sur un rythme à la légèreté façon habañera se déploie un thème sur fond de canevas harmonique aux changements déstabilisants comme le suggère le titre. La référence à Pepper, on la retrouve explicitement dans la reprise d’un lancinant blues en 5 temps, Las Cuevas de Mario (Pepper’s Caves). Déjouant la difficulté du métrique, la solide assise rythmique fournie par Hervé Czak à la contrebasse permet au pianiste Olivier Léger de développer son jeu puissant au son perlé dans de belles envolées. JdL est un arpenteur de la culture musicale, bien au-delà des confins des grands standards : il n’hésite pas à s’inspirer, par exemple, d’un Prélude de Chopin pour en extraire une “jazz waltz”: Lost Prelude, chargée d’émotion ; ou encore à nous convier à partager un bon couscous modal et « caravanesque » à souhait dans l’ambiance d’un bon petit resto nord africain : l’écriture d’Hotel de la Gare vient d’un temps où JdL s’y produisait souvent à Paris… On y met le cap plein sud, darbouka à l’appui, pour un voyage où Serge Lamboley peut donner libre court à son imagination et sa maitrîse des polyrhythmies. Enfin, JdL est un musicien généreux et ouvert, comme en témoigne l’énergie qu’il consacre depuis deux ans maintenant à l’initiative Jazz au Confluent, une association de bénévoles qui organise tous les ans une quinzaine de concerts de qualité à entrée libre. Alan Fell

Bobby Few_De Lignières

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: