funics

Gypsy Jazz, Jazz Manouche

In History on September 29, 2010 at 1:18 pm

Le jazz manouche (“Gypsy jazz” en anglais) est un style de jazz né en France dans les années 1930, considéré comme ayant été inventé par Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, leaders du Quintette du Hot Club de France, sans oublier l’Accordéoniste Gus Viseur membre lui aussi du Hot Club de France et créateur de la Valse Swing. Dans sa forme originelle, il se caractérise par l’absence de percussions et de cuivres, une section rythmique assurée par deux guitares “manouches” et une contrebasse, ainsi qu’un violon. Le jazz manouche témoigne des apports stylistiques des musiques gitanes et d’Europe centrale ainsi que du musette et de la chanson française dans le jazz qui débarque des États-Unis en Europe dès 1932.

La relève du style manouche a tout d’abord été prise par ceux qui côtoyaient Django, c’est-à-dire entre autres la famille Ferret dont les représentants actuels sont Boulou Ferré et Elios Ferré. La musique manouche existait avant Django; mais ce dernier, en introduisant le jazz dans la culture manouche, a réussi à créer un nouveau folklore.

Le jazz manouche est revenu devant le grand public au milieu des années 1990 grâce à des artistes comme Angelo Debarre, Raphaël Faÿs, Romane, Moreno et Joscho Stephan. On peut également citer un certain nombre d’artistes qui se situent plus ou moins dans l’esprit du jazz manouche :  Stochelo Rosenberg, Biréli Lagrène, Romane, Richard Manetti, Raphaël Faÿs, Jimmy Rosenberg, Benjamin Proust, Tchavolo Schmitt, Angelo Debarre, Boulou Ferré et Elios Ferré, Serge Krief, Dorado Schmitt, David Reinhardt, Dario Pinelli, Christophe Lartilleux, Christian Escoudé, Borruto Family, Sébastien Giniaux, Ninine Garcia, Francis Alfred Moerman…

Les instruments

Les instruments de base sont la guitare acoustique de type Selmer, le violon et la contrebasse, mais également l’accordéon et la clarinette.

En ce qui concerne la guitare, il faut préciser que ce sont généralement des guitares de type Selmer-Maccaferri. Ce sont en réalité les guitares françaises du début et du milieu du xxe siècle à cordes acier (le plus souvent le modèle Argentine de la marque Savarez). Un des grands luthiers spécialisés dans ce type de guitares fut Jacques Favino. Actuellement, on peut citer les luthiers Maurice Dupont, Jean Baptiste Castelluccia, Romuald Provost, Cyril Morin (luthier), Gallato, John LeVoi, et Leo Eimers, qui fabriquent tous des répliques de Selmer Maccaferri.

Il existe deux types de Selmer-Maccaferri :

  • type Selmer-Maccaferri : caractérisée par une rosace en forme de « D » communément appelée Grande bouche. C’est ce modèle qu’a d’abord utilisé Django, jusqu’à ce que la fabrication soit abandonnée et remplacée par le modèle Selmer. Actuellement, elle est surtout utilisée pour la rythmique, car elle projette un son omnidirectionnel.
  • type Selmer : c’est la guitare à la forme la plus connue (grâce à Django). Elle se caractérise par une rosace en forme de « O » plutôt ovale communément appelée Petite bouche. Plus utilisée pour les solos, la petite bouche projette le son de manière plus concentrée avec une coloration medium aiguë.

Django a voyagé aux États-Unis pour mélanger son style manouche avec le be-bop, c’est ainsi que la batterie s’est vue de temps à autre dans le jazz manouche.

Le jazz manouche utilise plusieurs types de rythmiques :

  • La valse, aux origines du style.
  • La pompe, la plus usitée. On accentue les 2° et 4° temps dans la pompe dite hollandaise, les 1° et 3° temps dans la parisienne et tous les temps de manière égale dans l’alsacienne.
  • La bossa nova, appelée bossa par les manouches. Il s’agit en réalité de rumba.
  • Le boléro.
  • Le tango.

La technique de jeu de guitare, comme la tenue du médiator, n’est pas du tout la même que pour d’autres styles de musique. En effet, elle se fait le poignet « cassé », pour pouvoir appliquer la technique dite « marteau » qui permet de gagner en vitesse et de réduire au minimum les contacts entre la main et la table de la guitare, de sorte que celle-ci puisse vibrer avec un minimum d’interférences extérieures. C’est une technique qui vient du banjo et que Django Reinhardt avait apprise auprès de Poulette Castro.

Les morceaux sont souvent des reprises de Django ou de musique traditionnelle manouche. Quelques-uns des morceaux les plus connus sont : Les Yeux NoirsMinor SwingDjangologyNuagesHungariaBlues minor ou encore Manoir de mes rêvesDouce ambianceBlues clair.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: