funics

Posts Tagged ‘So What’

So What (Ronny Jordan Solo)

In Partitions, So What on June 29, 2016 at 8:39 am

sowhat

The complete music sheet and solo here:

So What Solo Complet (Ronny Jordan),

and more in the library section

Advertisements

So What (tips from the boss)

In So What on May 29, 2012 at 10:42 am
Pour ce thème la mise en place reste inchangée en définitive. J’ai rajouté une 3ème portée pour une réponse des sax alternative Attention: la double croche est à penser ternaire. Pour que chacun prépare la prochaine séance je vous joins le mp3 du thème ralenti ainsi que la 2ème page  en boucle (dans un mail suivant).

Marie pour les accords (croche pointée double-croche), Dm7 substitution en quarte à partir de la 9ème : E A D G (B) qui résout sur la même forme à partir de la tonique : D G C F (A)

Idem pour Ebm7
jdl
(les partitions et mp3s sont dans les boites, ainsi que l’original de Ronny Jordan)

So What – Miles Davis

In So What on May 25, 2012 at 10:57 pm

This jazz standard is the first tune on Miles Davis’ classic record, “Kind of Blue.”  It’s the top jazz album of all time as measured by sales.  It’s sold over 20 million copies, and still sells about 5,000 copies a week.  And it was recorded in 1959.  You should listen to it.  A lot.  It’s one of the most important jazz albums in existence, perhaps the most important.  It even made Rolling Stone’s list of top albums (at #12 all-time).  Rolling Stone can hardly be known for paying attention to jazz, and so it’s an amazing testament to Miles’ album that it would rank at all.  Especially at #12.

Bill Evans starts this tune out with a nice intro on this tune, but in practice most groups don’t play it exactly like the record.  That would be an interesting thing to do, since most groups don’t seem to go to that effort.  The bass player plays the melody of this tune.  So What has the same changes as John Coltrane’s tune “Impressions,” the latter having a faster tempo and melody.  It makes sense that Coltrane would steal the changes for his own tune, having cut his teeth in Miles’ band and performing So what regularly.

This is perhaps the first recorded example of modal jazz.  It has very few chord changes.  It’s an AABA form, using Dorian minor harmony.  The B section is a half-step up from the A section.  Most pianists and guitarists, including Bill Evans, like to use diatonic fourth chords when comping.  For example, DGCFA up to EADGB up to FBEAC is a nice progression on the D-7 using diatonic fourth stacks with a third on top.  Play around with it, and LISTEN!  Even non-guitarists and non-pianists should experiment with this idea on the piano to help understand this idiomatic harmonic movement even when the chord doesn’t change.

Ronny Jordan biography

In Bio, So What on May 25, 2012 at 10:03 pm

Ronny Jordan est un guitariste anglais, emblématique du mouvement acid jazz du début des années 90. Sa reprise de So What de Miles Davis, extraite de son premier album The Antidote, a été très remarquée. Il est connu comme l’un des initiateurs d’une fusion entre jazz et hip hop. Il a d’ailleurs participé au tout premier volume de la série des “Jazzmatazz“, le projet jazz-rap du rappeur Guru, paru en 1993. Il s’est vu récompensé aux MOBO Awards et aux Gibson Guitar Awards et a obtenu une nomination aux Grammy Awards en 2000 pour son album “A Brighter Day“. Son style, au fil des années, a glissé de plus en plus vers un registre smooth jazz plus classique.

Discographie

  • 1992 : The Antidote (Fourth & Bway)
  • 1993 : The Quiet Revolution
  • 2000 : A Brighter Day (Blue Note Records)
  • 2001 : Off the Record (Blue Note Records)
  • 2002 : The Collection (Universal)
  • 2003 : At Last (N-Coded Music
  • 2004 : After 8 (N-Coded Music)
  • 2009 : The Rough and The Smooth (Private & Public Music)

Ronny Jordan (né Ronald Laurence Albert Simpson, le 29/11/1962, Londres) est un guitariste de jazz anglais, très influent dans le développement de l’Acid jazz et du Smooth jazz.

Né de parents protestants jamaïcains (son père est diacre), il apprend la guitare en audodidacte dès l’âge de 4 ans, plongeant ses racines dans le gospel d’Andrae Crouch ou des Soul Stirrers.
Puis il découvre les courants Swing et Bop, à travers les influences de Wes Montgomery, Charlie Christian, Grant Green, Roy Ayers ou Keith Jarrett.

So What (Ronny Jordan)

Sur son premier album, “The Antidote” (1992), Ronny Jordan est derrière tous les instruments (guitare, claviers, basse, batterie) et assure égalements certaines parties vocales. Les morceaux “After Hours” et “So what” sont tous deux très remarqués, l’un pour l’alliance du smooth et de l’acid jazz, l’autre pour l’originalité de l’interprétation du standard de Miles Davis.

En 1993, Ronny Jordan participe à un album emblématique de l’Acid jazz : “Jazzmatazz, Vol. 1” du rappeur Guru.

Cette même année, il signe également son deuxième album , “The Quiet Revolution”, où se mêlent hip-hop, rap, acid jazz, smooth jazz, pop, et même jazz mainstream.

L’album suivant, “Light To Dark”, sort en 1996. L’influence du smooth s’accroît, au détriment du rap et de l’acid jazz.

Puis, “A Brighter Day” sort en 2000, au label Blue Note. Jordan y assume un jazz léger et aérien, qu’on pourrait classer quelquepart entre Smooth et Cool jazz. Le disque est nomminé au Grammy Award du meilleur album de Jazz Contemporain.

L’album “After 8” paraît en 2004 chez N-Coded Music. Le guitariste y poursuit son cheminement éclectique, où le Smooth se teinte de Cool, de RnB, de Hip-hop, ou de reggae. A défaut d’un style précis, on retrouve le son de guitare sensuel et généreux de RJ, sa seule véritable marque de fabrique.